BIGtheme.net http://bigtheme.net/ecommerce/opencart OpenCart Templates
mardi , novembre 21 2017
Dernières Nouvelles
Accueil / A la Une / Trahison et délation au Nord Mali » : l’article interdit par IBK après consultation de l’opposition

Trahison et délation au Nord Mali » : l’article interdit par IBK après consultation de l’opposition

Que se passe-t-il chez les terroristes au Mali ? Un article s’apprêtait à nous le révéler. L’article a été interdit par les plus hautes instances de l’Etat, le cercle le plus proche de la Présidence malienne après une revue avec l’opposition.

L’article censuré était en cours de préparation par un journalise malien Mohamed A. Fin connaisseur de Tombouctou et de la région de Gao, en lien direct avec les services secrets maliens, il avait pu recueillir des informations sur tous les groupes terroristes qui sévissent au Nord Mali.

Un jour, avant l’envoi à une rédaction bien connue de Bamako, une visite inattendue de deux fonctionnaires de la Sécurité d’Etat, revêtus des habits de la Garde Nationale, l’a conduit à ne pas divulguer ces informations. C’était il y a une semaine. Le travail de plusieurs mois détruits en quelques secondes ! Que nous apprenait l’article ?

Les moyens mis en place par les services secrets maliens pour communiquer avec une source du milieu terroriste, un repenti toujours en poste dans la katibat d’Al Mourabitoune.

Il n’est pas question de revenir ici sur les informations confidentielles censurées et sur l’objet d’une trahison au sein d’AQMI. Mais deux questions se posent immédiatement.

Comment se fait-il qu’un journaliste a pu avoir accès à des informations si confidentielles que l’article a du être censuré au plus haut niveau de l’Etat malien en collaboration (exceptionnelle) entre IBK et des membres imminents de l’opposition ?

Les succès de notre sécurité d’Etat, comme la neutralisation de Mounirou Cissé après l’attentat contre le restaurant « La terrasse », auraient-ils fait relâcher la sécurité entourant les opérations les plus secrètes ? Si c’est le cas, les partenaires de notre sécurité d’Etat comme l’Asifu (All Sources Information Fusion Unit) continueront-elles à échanger des informations sur les groupes terroristes du Nord Mali comme Al Mourabitoune ?

La deuxième question est plus politique. Notre démocratie se remet difficilement des attaques de ceux qui voulaient recréer un nouvel émirat islamique. Dans une démocratie renaissante, comment pouvons-nous accepter que nos journalistes se voient interdire des articles par les hommes du pouvoir en place ?

A quelques mois des élections présidentielles, le renforcement de la censure sur les journalistes n’est pas une bonne nouvelle. Un secret d’Etat doit être conservé, mais un journaliste doit pouvoir informer !

Aïcha Sangaré pour Malikahere

Vous pouvez suivre Aïcha Sangaré sur Twitter : @aichasangare13

About Malikahere

Vérifiez également

Le Risque Opérationnel dans le nouveau dispositif prudentiel applicable aux Etablissements de Crédit et Compagnies Financières de l’UMOA : au-delà des exigences minimales de fonds propres

A partir du 1er Janvier 2018, les Etablissements de Crédit et Compagnies Financières de l’Union ...